Chronique du roman de H.Y. Hanna : Chou à la crim’

Un pittoresque salon de thé des Cotswolds, un groupe de vieilles dames aux oreilles indiscrètes, une arme du crime pour le moins étonnante… Voici un cosy mystery comme on les aime, dans une ambiance délicieusement britannique !

Le roman

Genre : roman policier (cosy mystery)

City éditions (broché) - Autoédition (ebook)
Traduit de l’anglais (britannique) par Diane Garo
Disponible en versions brochée et numérique

Résumé

Gemma abandonne son emploi prestigieux pour rentrer à Oxford et réaliser son rêve : ouvrir un salon de thé traditionnel anglais. Pour ce faire, elle doit dépenser toutes ses économies, retourner vivre chez ses parents et supporter sa mère autoritaire qui joue les entremetteuses, mais elle en est persuadée : c’est pour la bonne cause. La preuve : ses affaires sont déjà en plein essor… jusqu’à ce qu’elle découvre un jour en ouvrant sa boutique qu’un touriste américain a été tué par l’un de ses fameux scones !
Gemma se retrouve plongée au cœur d’une mystérieuse affaire présentant des liens inattendus avec l’université d’Oxford. Ses propres années d’études sur place reviennent la hanter lorsque le séduisant inspecteur du CID chargé de l’affaire s’avère être son ancien amour d’université. Entre les vieilles commères de son village qui se mêlent de tout et la chatte effrontée de son chef pâtissier qui terrorise sa clientèle, Gemma ne sait plus où donner de la tête…
Une affaire de meurtre n’est jamais bonne pour les affaires, surtout quand les clients se mettent à penser que vos scones sont mortels. Le nombre de victimes augmente, et le salon de thé de Gemma risque bien de faire faillite. Parviendra-t-elle à trouver le tueur avant que les choses ne tournent sérieusement au vinaigre ?

Chou à la crim’ est le premier tome de la série de cosy mysteries à succès de H.Y. Hanna : Les Thés meurtriers d’Oxford.

couverture du roman Chou à la crim' - Les thés meurtriers d'Oxford - tome 1

Mon avis

Aucun doute, nous ne sommes pas ici dans un thriller : le roman démarre en douceur. On prend le temps de faire connaissance avec Gemma, son salon de thé fraîchement acquis, son amie Cassie, le chef pâtissier Fletcher et sa chatte Muesli, les premiers habitués… dont, en particulier, un groupe de quatre vieilles dames capables de tenir en respect tout un village.

Dans ce décor idyllique, où l’on aimerait s’installer un moment pour déguster un thé accompagné de quelques pâtisseries typiques et profiter de l’ambiance so british, un intrus détonne : un touriste américain particulièrement désagréable, et qui semble un peu trop bien connaître Oxford…

Lorsque Gemma retrouve l’homme en question mort à l’une de ses tables, un scone coincé au fond de la gorge, elle ne peut s’empêcher de jouer les Miss Marple, pour le plus grand plaisir des lecteurs et lectrices !

Ce que j’ai aimé

Les personnages. On aime s’identifier à Gemma, l’héroïne. Pas forcément parce qu’elle nous ressemble, même si c’est peut-être le cas par certains aspects de son caractère, mais surtout parce que son entourage ressemble au nôtre. Vous savez, ces personnes qu’on aime, ou qu’on aime détester, malgré (ou à cause de) leurs horribles défauts. La voisine un peu trop curieuse, qui laisse traîner ses oreilles avec un flagrant manque de discrétion. La mère qui essaie à tout prix de caser sa fille, et joue les entremetteuses sans être consciente de son cruel manque de subtilité. La meilleure amie, qui sait ce qu’on ressent quand on n’ose soi-même pas encore se l’avouer. L’ami de toujours, qui se languit d’amour pour une de nos copines, sans pourtant jamais avoir osé tenter sa chance. Le chat qui fait sans cesse les pires bêtises aux pires moments, mais pour lequel on ne peut s’empêcher d’éprouver de la tendresse. Ce sont ces petites touches merveilleusement, ou horriblement, réelles qui rendent le monde créé par H.Y. Hanna si vivant !

L’humour. Quelques scènes sont tout bonnement succulentes ! 😂 Je mets quiconque au défi de ne pas au moins sourire en se représentant celle qui implique Gemma, quatre vieilles femmes armées de leur curiosité, et un palier au sommet d’un escalier. Je n’en dis pas davantage pour ne pas gâcher votre plaisir, mais si vous lisez le roman et que cette scène vous laisse de marbre, je veux bien vous offrir un thé, afin que vous me puissiez me faire part du secret de votre formidable self-control ! 😉

Le cadre. Nul abus de descriptions dans ce roman, et pourtant, l’atmosphère du petit village où se trouve le salon de thé de Gemma est parfaitement restituée, de même que celle d’Oxford et de son université. On découvre tout le décor à travers les yeux de Gemma, on plonge avec elle dans des lieux qui font remonter à la surface ses souvenirs d’étudiante, on salive aux mentions des pâtisseries préparées par le chef, on croit sentir l’odeur du thé, entendre les conversations feutrées autour du dîner familial… Et tout cela sans jamais s’ennuyer une seconde !

Le rythme. L’intrigue est rondement menée. Les événements s’enchaînent sans temps mort, Gemma va de suspicions en découvertes, et même si aucun suspense haletant ne nous fait tourner les pages en craignant pour la vie d’une innocente victime, on a des difficultés à lâcher le livre avant d’arriver au bout. Réussir à maintenir ce rythme soutenu tout au long d’un cosy mystery, c’est à mon avis une performance qui mérite d’être soulignée !

Ce que j’ai moins apprécié

L’intrigue en elle-même se tient tout à fait, même si elle ne constitue pas la raison pour laquelle je conseillerais ce roman. En revanche, la succession de coïncidences qui permet à Gemma d’avancer dans ses investigations nécessite d’être bien disposé quand on se lance dans la lecture, pour ne pas risquer une déception. Le roman est très divertissant et a visiblement été écrit dans ce but ; mais si vous cherchez une enquête bien ficelée dans laquelle rien n’est laissé au hasard et où chaque progrès doit tout au seul talent de déduction des protagonistes, passez votre chemin. Ici, certains indices semblent parfois tomber un peu du ciel. Ce qui n’enlève rien à toutes les autres qualités citées plus haut ! 😊

Au bilan

Ce cosy mystery se déguste comme une pâtisserie anglaise. C’est frais, drôle, distrayant… et on referme le livre avec une furieuse envie de visiter Oxford, les Cotswolds, et de grignoter scones, Chelsea buns, teacakes et autres spotted dicks !



👉 Retrouvez mes autres chroniques de polars ou thrillers.

👉 Vous lisez beaucoup et disposez d’un budget limité ? Retrouvez toutes mes astuces pour lire gratuitement ou à petits prix en toute légalité : le bookcrossing, le désherbage, ou encore les partenariats, n’auront plus de secrets pour vous ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués *

Chargement...