Chronique du roman de Marc Daniel : La fille de nulle part

⚠️ Ne lisez surtout pas le résumé officiel du roman : vous vous gâcheriez une bonne partie du suspense ! Pour ma part, je ne l’avais pas lu avant de terminer le roman, et je m’en félicite.

Le roman

Genre : thriller

Autoédition
Traduit de l’anglais (américain) par Caroline Fouchard
Disponible en versions brochée et numérique

Résumé (adapté du résumé officiel, sans les spoils 🤷‍♀️)

Depuis le drame qui a transformé son existence en véritable cauchemar, Ethan Archer, ancien profileur criminel, n’a pas travaillé sur une affaire de meurtre et n’a aucune envie de s’y remettre. Pourtant, lorsque les cadavres se multiplient et qu’il se retrouve dans la ligne de mire du tueur, il n’a plus d’autre choix. Mais peut-il se fier à son propre jugement ? N’a-t-il pas perdu son savoir-faire en même temps que tout le reste, lors de cette nuit fatidique ?
Dans une affaire aux apparences des plus trompeuses, Archer saura-t-il affronter les démons de son passé et prévenir de nouvelles effusions de sang, ou le tueur se révélera-t-il trop rusé pour lui ?

couverture du roman La fille de nulle part

Mon avis

Après un prologue mystérieux, dont le lien avec l’intrigue ne sera dévoilé qu’en temps voulu (⚠️ ne lisez pas le résumé officiel ! Oui, je sais, je me répète…), on rencontre les deux personnages principaux : Ethan Archer, détective privé dont on comprend rapidement qu’il est hanté par des démons personnels et a connu des jours meilleurs (ainsi que des missions plus haletantes), et Jennifer MacKay, son énigmatique secrétaire écossaise, qui semble un peu trop maligne pour le poste qu’elle occupe.

Pendant qu’on apprend à mieux connaître nos héros, l’auteur met doucement le reste de son puzzle en place : on croise ainsi divers personnages, un agent du FBI, un sénateur homophobe, un galant séducteur, une femme qui tombe sous son charme, une riche femme d’affaires, un fantôme… dont on peine au début à comprendre quels rôles ils vont jouer dans l’histoire, sans douter cependant un seul instant que toutes ces pièces vont finir par impeccablement s’emboîter dans un tableau final qu’on a hâte de découvrir.

Saupoudrez le tout d’une poignée de meurtres qui se ressemblent trop pour n’avoir aucun lien entre eux, instillez quelques doutes dans l’esprit des personnages, et vous obtenez une intrigue captivante et un scénario qui fonctionne à merveille !

Ce que j’ai aimé

L’intrigue. Vous visualisez ces tableaux d’enquête, qu’on voit souvent dans les films ou séries policières, avec des indices punaisés un peu partout et reliés entre eux par des fils tendus en tous sens, formant un enchevêtrement duquel on est persuadé qu’on ne parviendra jamais à dégager une quelconque logique ? Eh bien, on pourrait être tenté de croire que l’intrigue de La fille de nulle part a été construite ainsi. Ce serait grandement sous-estimer l’auteur : Marc Daniel sait parfaitement ce qu’il fait, et tous ses fils se dénouent un à un jusqu’à la grande révélation finale… que j’étais, je l’avoue, un peu vexée de n’avoir pas vue venir !

Le dénouement. Ce moment où on se dit « Aaaaaah mais c’est pour ça, bien-sûr ! Oh là là je suis vraiment trop bête, j’aurais dû deviner ! » Celui où toutes les petites questions que vous vous posez, qui portent parfois sur des détails insignifiants, mais qui vous chiffonnent, trouvent enfin leurs réponses. Ça vous parle ? C’est toujours une grande déception pour moi quand une intrigue présente des failles. Des points qui ne collent pas. Dans ces cas-là, j’ai l’impression que l’auteur a rompu son contrat avec moi et ça me laisse un petit goût amer. Eh bien dans La fille de nulle part, si j’ai craint parfois en cours de lecture que ce qui serait révélé à la fin du roman mettrait en évidence des incohérences par rapport au déroulé des événements, j’ai constaté avec une immense satisfaction lors du dénouement que ce n’était pas le cas. Ou alors, j’ai lu trop vite pour réussir à les repérer !

Le rythme. Difficile de décrocher. Pas de temps mort. Rien à redire sur ce point.

Les personnages. Le héros, d’abord, Ethan Fletcher. Tout ce qu’il ressent est parfaitement restitué, ses blessures, ses doutes, ses failles, ses travers, ses craintes : tout cela le rend très humain. Et tous les personnages : ils sont nombreux, je trouve que cela contribue à rendre le roman très vivant et à renforcer l’immersion du lecteur, au contraire de ce que je peux éprouver par exemple quand l’intrigue se déroule exclusivement en huis-clos, et qui me donne alors l’impression de me tenir dans le rôle d’une observatrice très extérieure.

Ce que j’ai moins apprécié

Euh… Laissez-moi réfléchir… Pas grand-chose, en fait ! 😉

Je crois que je n’ai qu’un seul regret à formuler : donnez-moi davantage de Jennifer MacKay !!! C’est un personnage que j’ai beaucoup apprécié, j’aurais aimé la suivre davantage ! J’ai trouvé qu’Ethan prenait parfois trop de place dans le récit, aux dépens de sa secrétaire : c’est dommage, je suis restée un peu sur ma faim.

Au bilan

En conclusion, vous l’aurez compris, j’ai grandement savouré cette lecture. Si vous cherchez un thriller captivant, je ne peux que vous conseiller La fille de nulle part !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués *

Chargement...